Cercle des chimères

Ma surprise s’abrège, et mes yeux sont ouverts.
Je n’attendais pas moins de mes riches déserts
Paul Valéry, « La Jeune Parque »

Fragments d’une mémoire en dérobade.

Au creux de l’espace intérieur et indistinct, familière étrangeté, elle s’égare.

Portes à franchir, pièces vides, débris, films de souvenirs, souvenirs se déroulant comme des films, scènes manquantes, parties endommagées, corridors inconnus, escaliers tourbillonnants, sombres renfoncements, chambres borgnes, pigeonnier, écriteaux à demi-effacés, planchers qui grincent, vent dans les tours, cassures, brisures, fêlures, murs qui s’écaillent, et le soleil qui inonde prodigieusement ce lieu désolé.

Des copeaux tels des mues, squelettes d’oiseaux, mobiles suspendus, dossiers remplis de feuillets à l’encre défraîchie, des chiffres, des noms, des dates, des oublis, des réparations, réparations, réparations, des interventions réussies.

Du fond de l’obscurité, elle s’assoupit en chemin, enfant-femme de contes tombée là au hasard d’un insondable songe.

Au-delà du regard s’élance le labyrinthe aveugle, spirale des ténèbres à la lumière, escalier vertigineux à l’effondrement imminent, elle s’y repose en respirant délicatement, sans faire le moindre bruit, et gravit chaque marche sur la pointe des pieds.
En territoire inconnu, ne pas effrayer les monstres.

Somnambule aguerrie, elle fabule, une main sous la joue reposant sur la rambarde lustrée, fraîcheur mate du bois déverni, plongée dans les chambres anciennes aux meubles exhalant l’encaustique.

Vent visiteur inopiné, entourbillonne poussières et papiers, claque les portes, crisse la charpente, envole les tuiles, décroche la balustrade, infiltre les serrures, brise une vitre, détale dans la cave, s’enfuit par les fissures.

Parmi les décombres, elle boit à pleines lampées le soleil, bercée de ses rayons.

Il se déverse par la toiture délabrée, onde insouciante, tête trouée respirante.

Ne reste alors qu’à s’évanouir après un dernier adieu à ma mémoire défaillante retrouvée arpentée ravivée revisitée.

Photos de Nora Neko.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Licence Creative Commons
Les Echappées est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.
Fondé(e) sur une œuvre à https://lesechappees.wordpress.com/.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s